12 Rue des Epinettes 75017 PARIS

Nous sommes des chrétiens désirant se rassembler selon les principes du Nouveau Testament pour constituer ainsi une expression locale de l'église universelle de Jésus-Christ.

Le but de nos activités, pour le résumer simplement, c'est l'édification et l'instruction des croyants dans la Parole de Dieu (la Bible), le témoignage de l'amour de Dieu dans notre société et de nous encourager mutuellement à vivre une vie à la gloire de Dieu et pour le bien du
prochain.

Nous formons une famille avec tous les chrétiens qui reconnaissent et aiment Jésus-Christ comme leurs Sauveur et Seigneur. Sur le plan organisationnel, nous faisons partie de l'union d'Eglises protestantes-évangéliques appelée "CAEF".

Notre adresse est: 12 Rue des Epinettes, Paris 17e.

Nos réunions, ouvertes à tous, sont les suivantes:


Rencontre autour de la Bible, les vendredis 19h 00 - 20h 30

Aperçu

Lors de la réunion du vendredi nous nous penchons ensemble sur la Bible pour mieux connaître ses enseignements et réfléchir comment les mettre en pratique dans notre vie.
Bienvenue à chacun !


Culte du dimanche: 10h 30 - 12h 15

Aperçu


Nous célébrons "la Cène" (le repas du Seigneur) tous les dimanches pendant un temps de louange communautaire qui est suivi d'un enseignement de la Bible.


Tout premier dimanche du mois nous partageons un repas et profitons de ce temps pour faire meilleure connaissance. Evidemment tous les visiteurs y sont les bienvenus!

mercredi 25 novembre 2009

Questions et réponses pour l’étude de 2 Tm 2, 19-26(Etude du 30-10-2009)

1. Que veut illustrer la métaphore de la « grande maison » au vv. 20-21 ? A votre avis, les vases, représentent-il des personnes ou des choses ? Lesquelles ? (Rm : en s’abstenant « de ces choses », pourrait aussi être traduit par « de ces personnes », le grec ne permet pas de trancher)

Le contexte nous permet de trancher cette question : - v. 19 il est question du solide fondement posé par Dieu : ce fondement est quoi ? les paroles suivantes l’expriment : o le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent : il n’y a pas lieu à s’inquiéter. Nous appartenons au Seigneur par grâce, par l’œuvre accomplie de Christ que nous avons accueillie par la foi. Nous sommes à lui ! Les hommes ne peuvent le savoir avec une certitude, le cœur de l’homme est profond et aussi tortueux. Qui peut le connaître ? Seul Dieu ! Parfois nous-mêmes pouvons avoir des doutes à propos de notre salut. Mais le Seigneur connaît les siens, et les siens le connaissent. Si nous sommes faibles, ils nous porte sur ses bras : Jn 10,14.27-29. o que celui qui prononce le nom du Seigneur, s’éloigne de l’iniquité ! Comment reconnaître les faux prophètes ? Mt 7,15-20 « à leurs fruits ». Il y a des loups déguisés en brebis ! o attention : on peut encore se tromper : certains auront fait des œuvres miraculeuses, et ce n’est pas cela qui prouvera qu’ils sont au Seigneur. C’est plutôt le fruit de l’Esprit (Gal 5,22) et il y a d’autres critères comme par ex. en 2 Tim 2,21-26
- la grande maison semble signifier un contexte où les vases à honneur (pour la nourriture par ex. ) coexistent avec les vases qui servent à un usage vil (on y met par ex. des ordures, des choses sales etc.). Question : les vases signifient quoi ? clairement des personnes, puisqu’il en est question d’être un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître au v. 21. Le même mot est encore utilisé pour des personnes en Rm 9,21, 2 Co 4,7 et 1 P 3,7 en parlant des femmes, étant un « vase plus faible ». Cette instruction irait donc plutôt dans le sens de 1 Cor 5, et spécialement les v. 9-13. Le vase est donc une image pour le corps de l’homme, destiné à être un moyen, un instrument pour accomplir le service de Dieu, à la gloire du Créateur.

2. v. 22 : Quelles pourraient être « les passions de la jeunesse » ?
Apparemment c’est quelque chose de négatif. Voici ce qu’on écrit Mac Donald : Timothée doit non seulement se séparer de tous ceux qui pratiquent l’iniquité ; il doit aussi se séparer des passions de la jeunesse. Cette expression ne vise peut-être pas uniquement les appétits physiques, mais aussi la soif de s’enrichir et de devenir célèbre, et la recherche du plaisir. En outre, Paul peut avoir en vue l’obstination, l’impatience, l’orgueil, la légèreté et l’inconstance. Comme dit plus haut, Timothée devait avoir environ 35 ans à ce moment. Les passions de la jeunesse ne signifient donc pas forcément les désirs charnels propres aux adolescents, mais tous les désirs impurs qui pourraient tenter un jeune serviteur du Seigneur et le faire dévier du chemin de la pureté et de la justice.Dans le contexte de l’épître cela pourrait aussi signifier de vouloir triompher dans les discussion, la soif du pouvoir, le matérialisme, chercher le défi pour prouver quand est fort.

3. Que pensez-vous de l’affirmation suivante : « La "maison de Dieu" de 1 Timothée (3,15) est devenu la "grande maison" en 2 Timothée » ?
Je pense que cette affirmation est quelque part juste et répond aussi à différentes images que Jésus utilise dans les paraboles du royaume (Mt 13): le blé et l’ivraie qui grandissent ensemble, le levain qui se répand dans la pâte toute entière, le grain de sénevé qui devient un arbre extrêmement grand et dans lequel même les oiseaux du ciel (image du mal ici) construisent des nids, la parabole du coup de filet des poissons, bons et mauvais. Toutes sortes de mauvaises choses ont trouvé leur place au sein du christianisme et nous sommes appelés à nous retirer, le cas échéant même de personnes qui, tout en se nommant "frère" vivent dans le péché ou enseignent des erreurs graves.

4. v.24-26 Comment se présente le caractère du serviteur de Dieu ici ? Essayez de l’exprimer par vos propres mots.
Le caractère dominant du serviteur semble être la douceur, la patience, l’humilité et la sagesse. Son but est non pas seulement de réfuter l’adversaire, ou de s’en séparer, ou encore moins de triompher de lui, mais de le gagner pour le ramener sur le bon chemin. Il voit derrière l’opposition de l’homme celui (le diable) qui en a fait sa victime. Il s’agit bien d’un combat spirituel et non pas charnel.

5. Quel est l’espoir exprimé dans ces derniers versets ?
Oui l’espoir est de sauver l’égaré et de le ramener à son bon sens et à la vérité de l'Ecriture. Dieu aime les hommes, même ceux qui s’opposent à sa vérité. Il ne veut pas que le pécheur se perde, mais qu’il fasse demi-tour et soit sauvé !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire